Interview de IDESIA
27 mai 2019
Interview de CREDIT COURTIER DE FRANCE
14 mai 2019

IN&FI, pour sa première participation, au travers de notre interview de Pierre-Etienne Beuvelet, Directeur général.

1/ Pourquoi avez-vous choisi de participer à la 2ème édition du Salon du Crédit ?

C’est une initiative que nous avions suivi de près dès son lancement mais nous avions pris d’autres engagements et n’avions pu participer. Ceci n’avait pas empêché Bruno ROULEAU d’intervenir à une table ronde sur les perspectives du métier. Pour cette 2ème édition, nous nous devions d’être là.

2/ La première mission du Salon du Crédit est de pouvoir rassembler une fois par an, des professionnels du Crédit et d’inviter près de 15 000 IOBSP à venir rencontrer les professionnels présents.
Qu’attendez-vous de ce Salon et de ces rencontres ?

Il est important que les enseignes puissent se retrouver et rencontrer tous les acteurs, quel que soit leur statut, afin de partager des expériences, un regard sur les perspectives de la profession, et de séduire des éventuels candidats à rejoindre une marque de dimension nationale.
Dans une période où la réglementation va encore évoluer, l’heure est à la collaboration, et à la communication entre nous et avec les partenaires bancaires.

3/ Quel est le message principal que vous souhaitez communiquer aux futurs visiteurs qui passeront sur votre stand ?

Aux IOBSP indépendants, venez échanger. Le plus compliqué souvent quand on est chef d’entreprise est la solitude. Ces occasions de partage sont essentielles.

4/ Quels vont être les objectifs que vous allez vous fixer ?

Séduire des cabinets indépendants pour leur faire comprendre qu’ils peuvent se rattacher à une enseigne de qualité, sans perdre leur âme d’indépendant et la singularité de leurs compétences.

5/ La seconde mission du Salon du Crédit est de permettre aux exposants de la filière crédit (regroupement de crédit, prêts immobiliers, formation, concepteurs de logiciels métiers, institutions, banques, assureurs, packageurs, etc…) de se retrouver, ou bien de se découvrir.
Considérez-vous comme essentiel ce type de rencontre annuelle ?
Le Salon du Crédit est-il le lieu idéal pour sceller des contacts entre professionnels ?

Oui, c’est une évidence. Le métier est marqué par une forte concurrence qui s’est instaurée, mais au-delà de ceci, c’est l’avènement d’un métier dans un contexte de mutation profonde, à la fois dans la structuration des acteurs bancaires, mais aussi dans le comportement des consommateurs. On est donc tous acteurs de l’avenir de notre profession, même si des stratégies sont différentes selon les concepts.
Et dans ce paysage, les services connexes trouvent une place importante aussi. Les outils de formation, pour répondre aux exigences réglementaires certes mais aussi pour faire monter en compétences nos équipes. Les fournisseurs de solutions techniques ou commerciales, car le virage digital touche désormais les Banques, et donc les IOBSP par contagion. Enfin, les autres offres qui pourraient venir compléter la gamme de services du courtage en crédit pour embarquer le client dans un écosystème intégralement tourné vers son ou ses projets

6/ Enfin, quels retours sur investissement attendez-vous du Salon du Crédit ?

Un enrichissement dans les échanges, la confortation de notre marque dans son image qualitative, tant à l’égard de nos clients que de notre réseau, et des contacts pour nous rejoindre, car ne soyons pas hypocrites nous sommes aussi là pour cela.

7/ Acceptez-vous que nous diffusions vos réponses sur les réseaux sociaux et sur le site du Salon du Crédit ?

Si nous venons sur le Salon c’est qu’on souhaite porter un message au sein de la profession, donc c’est bien évidemment avec grand plaisir que nous acceptons.

Pierre-Etienne Beuvelet
Directeur général

Aller à la barre d’outils